Archive for the ‘Annonces/Ανακοινώσεις’ Category

La grève de la faim des 300 travailleurs sans papiers à Athènes et à Salonique s’est terminée hier vers 17h00.

mars 10, 2011

Les grévistes ont accepté la nouvelle proposition du gouvernement grec qui se résume ainsi:
1. Un état dit de « tolérance » d’une durée de six mois renouvelable, jusqu’à l’accomplissement des conditions nécessaires pour la régularisation (alors que la proposition initiale du gouvernement grec prévoyait une durée stricte de six mois).

2. Des papiers leur permettant de voyager dans leurs pays d’origine –  et cela pour des raisons « humanitaires », comme le décès d’un proche – et de retourner en Grèce sans problème.

3. Le nombre d’années de résidence et de travail sur le territoire grec requis pour être régularisé passe de 12 à 8 ans pour tous les travailleurs et travailleuses sans papiers.

Le gouvernement examine également la possibilité de diminuer le nombre de cotisations salariales requises pour la régularisation. (C’est notamment en raison de ce critère que nombre d’immigrés n’avaient pu être régularisés en 2005).
Ci-après le communiqué de presse du Comité de soutien:

La décision du gouvernement grec de satisfaire une partie des revendications des 300 immigrés en grève de la faim a démontré qu’un combat n’est jamais perdu d’avance. C’est aussi la preuve, pour toutes/ s les travailleur(e)s que le gouvernement du mémorandum (ndlr: le programme de rigueur imposé à la Grèce par l’UE et le FMI pour faire face à la crise) n’est pas invincible. L’esprit de lutte et la forte solidarité peuvent donner des résultats tangibles.

Il est évident que des luttes à long terme sont encore nécessaires pour supprimer les discriminations contre les travailleurs immigrés vivant en Grèce et en Europe. Cependant, il ne fait aucun doute que l’abnégation des 300 immigrés a ouvert un nouveau chemin vers la résolution du problème.

Nous voudrions remercier tou(te)s ceux et celles (et ils ont été nombreux et nombreuses …) qui ont soutenu cette lutte difficile depuis les évènements de la Faculté de Droit d’Athènes jusqu’à l’hospitalisation des grévistes. Mais c’est surtout avec un profond respect que nous saluons les 300 combattants-militants. La classe des travailleurs peut en être fière.

Athènes 9 mars 2011

Initiative de soutien aux 300 immigrés en grève de faim. (Grèce)

 

Publicités

Ανακοίνωση-απάντηση στον Θεόδωρο Πάγκαλο για τα γεγονότα στο Ελληνικό σπίτι του Παρισιού

février 28, 2011

Επανερχόμαστε στα χθεσινά γεγονότα προκειμένου ν’  αποσαφηνίσουμε τα πολιτικά χαρακτηριστικά της διαμαρτυρίας μας, καθώς και ορισμένα περιστατικά και να καταδείξουμε έτσι το ανυπόστατο των ισχυρισμών της σημερινής ανακοίνωσης του Θεόδωρου Πάγκαλου. Μια
ανακοίνωση γεμάτη ψεύδη, ανακρίβειες και  σαφή διάθεση για πλήρη διαστρέβλωση των γεγονότων.

O κ. Πάγκαλος, προκειμένου να δώσει μια στρεβλή εντύπωση για τις διαθέσεις μας, ισχυρίζεται ψευδώς πως πρόθεσή μας ήταν να ακυρώσουμε την προβολή του «Ζ» και να επιβάλλουμε την προβολή του «Παράδεισος στη Δύση» με σκοπό ν’ αναδείξουμε το ζήτημα των μεταναστών- απεργών πείνας στην Ελλάδα. Ωστόσο, και οι δύο ταινίες περιλαμβάνονταν στο πρόγραμμα των εκδηλώσεων. Επίσης, η πρόθεσή μας ν’ αναδείξουμε το ζήτημα των μεταναστών απεργών πείνας πραγματώθηκε μέσα από την παρέμβαση που κάναμε πριν την προβολή της ταινίας. Μια παρέμβαση κατά την οποία κρεμάσαμε πανώ στην είσοδο της εστίας και μοιράσαμε κείμενα στους παρευρισκόμενους.

Μετά το τέλος της παρέμβασης εισήλθαμε στο χώρο προκειμένου να παρακολουθήσουμε την εκδήλωση, μαζί με όλο το υπόλοιπο κοινό. Εκείνη τη στιγμή, λίγο δηλαδή πριν την έναρξη της εκδήλωσης, μπήκε στην αίθουσα ο κ. Πάγκαλος χωρίς κανείς μας να γνωρίζει πως σκόπευε να παρευρεθεί. Αυθόρμητα, ξεκινήσαμε παράσταση διαμαρτυρίας με σαφή και ξεκάθαρη πρόθεση ο κ. Πάγκαλος ν’ αποχωρήσει. Η διαμαρτυρία μας ξεκίνησε συνεπώς πριν την έναρξη της προβολής και ποτέ δεν τέθηκε από την πλευρά μας ζήτημα αλλαγής του περιεχομένου της εκδήλωσης. Διότι για εμάς σίγουρα δεν υπάρχει θέμα ανταγωνιστικότητας μεταξύ της δημοκρατικής επίφασης του δολοφονικού μετεμφυλιακού ελληνικού κράτους – που διαπραγματεύεται το «Ζ» μέσα από τη διελεύκανση της δολοφονίας του Γ. Λαμπράκη – και της μετανάστευσης, που πραγματεύεται το «Παράδεισος στη Δύση». Υπάρχει ίσως περισσότερο συσχετισμός αλλά ας μην επεκταθούμε προς το παρόν.

Οι  χαρακτηρισμοί  του κ.  Παγκάλου  για «τρομοκρατικού χαρακτήρα παρέμβαση Γάλλων αναρχικών και Ελλήνων οπαδών του ΣΥΡΙΖΑ» είναι αυθαίρετοι. Υπάγονται στο αυταρχικό του ντελίριο και δεν έχουν προφανώς καμία σχέση με τη λογική και τη δράση της Πρωτοβουλίας μας. Οι χαρακτηρισμοί του, τέλος, αποσκοπούν στην ύπουλη στοχοποίηση συγκεκριμένων πολιτικών χώρων, στους οποίους έβγαλε λανθασμένα μόνος του το συμπέρασμα ότι ανήκουμε και στην απόσπαση της προσοχής από το πολιτικό περιεχόμενο της πράξης μας. Όσο για τα ψέματα περί «χρησιμοποίησης σωματικής βίας» και τις κατηγορίες για «τρομοκρατικού τύπου» παρέμβαση, αυτά διαψεύδονται από το ίδιο το βίντεο που έχει κυκλοφορήσει στη δημοσιότητα.

Τελικά ο κ. Πάγκαλος αποχώρησε, αλλά παίρνοντας μαζί του…ολόκληρη την εκδήλωση. Ο κ. Γαβράς (προς μεγάλη μας απογοήτευση) και η διευθύντρια της εστίας ακολούθησαν πιστά την εντολή του και ματαίωσαν την εκδήλωση, τη στιγμή που ο κόσμος, αφού αποχαιρέτησε τον κ. Πάγκαλο με αποδοκιμασίες, παρέμεινε στην αίθουσα για να παρακολουθήσει την προβολή. Η διευθύντρια απέσυρε τον προτζέκτορα και μάλιστα δύο φορές, ύστερα από προσπάθειά μας να τον επανεγκαταταστήσουμε ώστε να γίνει κανονικά η προβολή.  Ήταν λοιπόν ξεκάθαρο και σαφές πως την εκδήλωση την ακύρωσε ο κ. Πάγκαλος και όχι οι διαμαρτυρόμενοι. Μια εκδήλωση η οποία ωστόσο αφορούσε στο έργο του Κ. Γαβρά και όχι στο πρόσωπο του κ. Παγκάλου… Κατά συνέπεια, εκείνος που προφανώς δεν ενστερνίστηκε ποτέ τις αξίες της δημοκρατίας, συμπεριφερόμενος σαν ανώτατος αξιωματούχος απολυταρχικού καθεστώτος και ακυρώνοντας πολιτιστικές εκδηλώσεις ωσάν λογοκριτής και διώκτης τους, εκείνος που δεν μπορεί να αποδεχτεί την ελευθερία της έκφρασης είναι ακριβώς ο κ. Πάγκαλος. Αναφέρουμε ενδεικτικά πόσο απαξιωτικά και προσβλητικά έχει κατά καιρούς καταφερθεί εναντίον του ελληνικού λαού, χαρακτηρίζοντας ολόκληρα κοινωνικά κομμάτια ως «κοπρίτες» και αγωνιζόμενους ανθρώπους ως «άπλυτους» (οποιαδήποτε ομοιότητα με το λόγο των ακροδεξιών δεν είναι βεβαίως τυχαία). Κι όλα αυτά με την ιδιότητα του αντιπροέδρου μιας δεξιάς κυβέρνησης με σοσιαλδημοκρατική μάσκα, η οποία έχει περιστείλει σημαντικές δημοκρατικές ελευθερίες που με αίμα κατακτήθηκαν από τον ελληνικό λαό. Η κυβέρνησή του είναι εκείνη που άλλαξε τη νομοθεσία τη σχετική με την δίωξη των συνδικαλιστών και που διατήρησε τον κουκουλονόμο ο οποίος οδηγεί στην κακουργηματική δίωξη αγωνιζόμενων ανθρώπων, που καταστέλλει άγρια διαδηλώσεις και κάθε είδους εκδηλώσεις διαμαρτυρίας στην Ελλάδα.

Ο κ. Πάγκαλος είναι ο αντιπρόεδρος μιας κυβέρνησης η οποία παρέδωσε την οικονομική πολιτική του ελληνικού κράτους, στους δύσκολους καιρούς της οικονομικής κρίσης, στα χέρια του ΔΝΤ και των συμφερόντων του ευρωπαϊκού κεφαλαίου. Είναι ακόμη ο αντιπρόεδρος μιας κυβέρνησης που μείωσε μισθούς σε δημόσιο και ιδιωτικό τομέα, αύξησε τα όρια ηλικίας συνταξιοδότησης, αύξησε την άμεση και έμμεση φορολογία. Είναι τέλος ο αντιπρόεδρος μιας κυβέρνησης η οποία ακολουθώντας πιστά τις εντολές της ευρωπαϊκής ένωσης σηκώνει φράχτες εναντίον μεταναστών στον Έβρο ή τους πνίγει στο Αιγαίο και που σήμερα καταδικάζει σε θάνατο τους 300 απεργούς πείνας απορρίπτοντας με κυνισμό και αναλγησία το δίκαιο αίτημα για νομιμοποίησή τους. Με τη χτεσινή του στάση και τη σημερινή του δήλωση, ο κ. Πάγκαλος μας αποκαλύπτει μερικές ακόμα πλευρές της πολιτικής του συγκρότησης. Φαίνεται καταρχήν ότι είτε αγνοεί είτε προκλητικά παραβιάζει μια από τις κλασσικότερες αξίες της δημοκρατίας: Την άμεση λογοδοσία των πολιτικών αξιωματούχων για τα έργα τους. Οι δημοκράτες κ. Πάγκαλε έχουν το θάρρος και την αξιοπρέπεια να σταθούν όρθιοι, να λογοδοτήσουν και να κριθούν. Επίσης, οι δημοκράτες δεν κρύβονται πίσω από τεχνάσματα και τακτικισμούς όταν έρχονται αντιμέτωποι με τον λαό. Η αντιπρόταση διαλόγου την επόμενη μέρα δεν μπορεί παρά να καταδείξει την διάθεση υπεκφυγής, την απροθυμία για ουσιαστικό διάλογο και κατ’ επέκταση την ένδεια του κυβερνητικού λόγου. Καταδεικνύει επίσης την μονομέρεια και την κατ’ επίφαση δημοκρατική κουλτούρα του Πάγκαλου. Είναι δυνατόν μια τέτοια συμπεριφορά απέναντι σε πολίτες να μην καταδικαστεί ξεκάθαρα από το σύνολο του ελληνικού λαού; Δεν υπάρχει πια καμία αμφιβολία ότι η ελληνική κοινωνία, όταν διαθέτει  τέτοιας ποιότητας πολιτικούς,  οι  οποίοι  εξυπηρετούν τα παγκόσμια οικονομικά συμφέροντα, το ελληνικό κεφάλαιο, τις τράπεζες και την πολιτική των ισχυρών ευρωπαϊκών κρατών, κινδυνεύει να κατρακυλήσει στην εξαθλίωση και την υποδούλωση. Σε όλες τις πόλεις της Ελλάδας, όπως και στο Παρίσι, στο Βερολίνο και σε οποιαδήποτε άλλη πόλη της Ευρώπης
επισκέπτονται, είναι ανεπιθύμητοι! Όσα έγιναν στο Παρίσι, όπως και όσα έγιναν στο Βερολίνο και θα γίνουν αύριο στην πλατεία Συντάγματος είναι η δυναμική εισβολή του λαού στο προσκήνιο της Ιστορίας προκειμένου να κατακτήσει το δικαίωμά του στην αξιοπρέπεια και τη ζωή.

Παρίσι, 27/2/2011

ΟΙ ΜΕΤΑΝΑΣΤΕΣ ΕΙΝΑΙ ΤΗΣ ΓΗΣ ΓΗΣ ΟΙ ΚΟΛΑΣΜΕΝΟΙ
ΕΛΛΗΝΕΣ ΚΑΙ ΞΕΝΟΙ ΕΡΓΑΤΕΣ ΕΝΩΜΕΝΟΙ
ΝΙΚΗ ΣΤΟΝ ΑΓΩΝΑ ΤΩΝ ΜΕΤΑΝΑΣΤΩΝ!
ΑΠΕΛΑΣΗ ΤΗΣ ΚΥΒΕΡΝΗΣΗΣ ΚΑΙ ΤΗΣ ΤΡΟΪΚΑΣ!

Πρωτοβουλία αλληλεγγύης στους 300 απεργούς πείνας.
Πρωτοβουλία Ελλήνων φοιτητών κι εργαζόμενων στο Παρίσι.

Solidarité avec les migrants en grève de la faim à Athènes

février 28, 2011

 

 

Trois cent migrants ont entamé une grève de la faim dans les villes d’Athènes et de Thessalonique depuis le 25 janvier 2011. Ce mouvement est parti de Crête autour de l’Appel des migrants (voir ci-dessous) face à l’absence totale de processus de régularisation depuis l’année 2006. Ils revendiquent la « légalisation de tous les migrants » et leur pleine reconnaissance au sein de la société grecque.

Cette grève se situe dans le cadre de l’attaque néo-libérale menée par le gouvernement grec, à l’instar des autres gouvernements européens, qui aboutit à la déstructuration du travail et de tous les acquis sociaux. Dans ce contexte, les conditions socio-économiques dramatiques que vit l’ensemble de la population grecque, aggravées par les mesures récentes du FMI, favorisent la montée du racisme et de la xénophobie, faisant des migrants les boucs émissaires de l’insécurité sociale et du chômage. En dénonçant les grévistes de la faim comme des dangers pour la société, le gouvernement, par une campagne médiatique, justifie la mise en place de politiques racistes de répression et la criminalisation des migrants et de leurs soutiens, allant jusqu’à la construction d’un mur à la frontière terrestre avec la Turquie, nouveau mur de l’apartheid après ceux du Mexique, du Maroc, sans compter celui qui transforme la Palestine en bantoustans

La lutte des migrants en Grèce rejoint celle que mènent les travailleurs et travailleuses sans papiers en France qui, après 9 mois de grève, et l’occupation des marches de l’Opéra Bastille puis de la Cité nationale d’histoire de l’immigration, sont toujours en lutte face à un gouvernement qui ne tient pas les engagements pris le 18 juin 2010.

Elle rejoint la lutte de tous ceux qui sont sortis dans les rues de Tunisie, d’Egypte, d’Algérie et d’ailleurs, pour exiger leurs droits au travail et à la dignité.

 

 

Nous assurons de notre solidarité et de notre soutien militant ces trois cents migrants qui entament leur vingt-deuxième jour de grève de la faim à l’heure où nous écrivons et nous appelons tous les partis, syndicats, associations et militants individuels

 

–       à se joindre à cet appel en ajoutant leur signature

–       à envoyer des messages de soutien en se rendant sur leur site http://hungerstrike300.espivblogs.net/

 

Saint Denis,

le 15 février 2011

 

Premiers signataires :

-AC ! Agir ensemble contre le chômage et la précarité

-Collectif antiraciste de Saint Denis

-Coordination 93 de lutte pour les sans papiers

Euromarches

-Initiative de soutien aux 300 sans-papiers grévistes de Grèce

Le Mouvement de la Paix

 

 

Appel des Immigrants, Grévistes de faim Grèce, Janvier 2011

février 28, 2011

 

Appel des Immigrants, Grévistes de faim Grèce, Janvier 2011

Si l’on veut faire entendre notre voix, nous n’avons pas de choix. Le 25 janvier, trois cent (300) parmi nous commencent la grève de faim. Notre point de lutte sera à Athènes et à Thessalonique.

Nous sommes des immigrés et des immigrées venu(e)s de toute la Grèce. Nous y sommes venu(e)s, persécut(é)s de la pauvreté, du chômage, des guerres et des dictatures. Les firmes multinationales occidentales et leurs servants politiques, implantés à nos pays ont fait leur choix pour nous : Risquer notre vie, 10 fois pour s’approcher de la porte européenne. L’Occident qui pille nos pays et ayant un niveau de vie meilleur-si l’on le compare à le notre- est notre seul espoir, si on veut vivre en tant qu’êtres humains. Nous sommes venus (par la voie légale ou pas) en Grèce et nous travaillons pour notre survie et pour la survie de nos enfants. Nous vivons dans la galère, et à l’ombre de l’illégalité au profit des patrons et des services étatiques qui à leur tour exploitent brutalement notre travail. Nous gagnons notre pain à la sueur de notre front et en rêvant qu’un jour nous allons acquitter des droits égaux.

A nos jours, les conditions de notre vie deviennent de plus en plus défavorables. Au fur et à mesure que les salaires et les retraites se voient rongés et que tous les prix augmentent, l’immigré figure comme le fautif, le coupable de la détérioration et de l’exploitation inhumaine des salariés grecs et des petits commerçants. La propagande fasciste et raciste est devenue la langue officielle des appareils étatiques. La terminologie fasciste est reproduite par les médias en cas où ces derniers font référence à nous. Les propositions fascicistes sont proclamées sous forme des propositions gouvernementales : le mur à Evros, les camps flottants et l’armée européenne à la mer égéenne, la répression brutale aux villes, les déportations massives. Ils font tous leurs efforts pour persuader les salariés grecs que nous consistons, tout d’ un coup, une menace pour eux et que nous sommes les seules coupables de l’attaque inédite et lancée par leurs propres gouvernements.

La réponse à leur mensonge et à leur barbarie continue doit être immédiate. Et c’est à nous, aux immigrés de la donner. Nous mettons en devant notre vie pour mettre fin à l’injustice commise à l’ égard de nous. Nous demandons la légalisation de tous les immigrés et de toutes les immigrées. Nous demandons des droits politiques et sociaux et des obligations égaux aux salariés grecs. Nous demandons par nos collègues, par n’ importe qui est tombé victime de l’exploitation de son sueur de front de rester solidaire. Nous demandons de soutenir notre lutte, de ne pas permettre à son pays la domination du mensonge, du fascisme et du despotisme des élites économiques et politiques. C’est à dire de ne pas permettre ce qui a prédominé à nos pays et qui nous a forcés à s’expatrier pour revendiquer une vie digne pour nous et pour nos enfants.

Nous ne disposons d’autre moyen pour se faire entendre notre voix et pour faire entendre la voix de notre raison.

Le 25 janvier, trois cents (300) d’ entre nous comment la grève de faim, à l’échelle nationale, à Athènes et à Thessalonique. Nous mettons en danger notre vie, parce qu’en tout cas il ne s’agit pas d’une vie digne. Nous faisons le choix de mourir ici au lieu d’hériter à nos enfants la vie que nous avons vécue.

Janvier, 2011

L’assemblée des immigrés, grévistes de faim

Meurtre des humanitaires internationaux

juin 1, 2010

Meurtre des humanitaires internationaux:

Israel, c’est vous les terroristes!

CNT

Dans la nuit du 30 au 31 mai, cinq bateaux chargé d’aide humanitaire ont tenté de briser le blocus imposé à la bande de Gaza par l’État israélien.

Partis de Chypre, ils devaient apporter à la population des matériaux de construction, des maisons préfabriquées, de l’aide médicale, des fournitures scolaires…

Les Gazaoui manquent en effet de tout à cause de l’embargo dont ils sont victimes. De plus les destructions infligées lors de l’invasion de janvier 2009 ont aggravé les conditions de vie. L’objectif de la flotte humanitaire est donc double. Tout d’abord, il s’agit d’apporter à la population une aide indispensable à sa survie que ce soit dans le domaine du logement, de la santé ou bien de l’éducation. Rien de bien méchant pour Israël a priori. Mais cela va à l’encontre de la volonté de l’État sioniste de briser la population palestinien. Permettre à des familles palestiniennes d’avoir un toit, permettre à la population de se soigner, permettre à des enfants d’aller à l’école ne peut être toléré par Israël.

C’est de la Résistance car le peuple palestinien reste en vie ! Le deuxième objectif des bateaux est donc politique : briser le blocus, aider
la Palestine à survivre, faire plier Israël dans son œuvre de barbarie destructrice à l’encontre du peuple de Palestine.

Israël avait donc prévenu : la flotte de bateaux ne passerait pas. Ils ont tenu parole de la pire de façon. Les commandos de la marine israélienne ont attaqué les bateaux et leurs passagers internationaux. En effet cette démarche est internationale et regroupe des militants français (Mission civile), des grecs, des américains… ainsi que des députés turcs. Naturellement la flotte n’avait aucun moyen de se défendre contre ce déchainement de violence. Bilan : 10 morts d’après l’armée israélienne mais au moins 16 d’après Aljezira ! L’idéologie de haine et de peur de l’autre développé par les sionistes a encore frappé.

La CNT dénonce avec la plus grande colère ce nouvel exemple de la Terreur
pratiquée par Israël. Nous sommes aussi très inquiets pour les camarades qui étaient présents sur les bateaux.

Le Groupe de Travail Palestine de la CNT appelle :

  • à se rassembler lundi 31 mai à 18h30 devant l’ambassade israélienne à Paris (M° Franklin Roosevelt)
  • à se joindre à tous les rassemblements qui seront organisés aujourd’hui en province
  • à organiser dans l’unité avec les organisations progressistes la mobilisation contre la barbarie israélienne

Secrétariat international de la CNT

Manifestastion de solidarité avec la grève générale en Grèce, Bruxelles 20/05/2010

mai 25, 2010
Le communiqué de presse

Manifestation de solidarité avec le peuple grec à Bruxelles

Protestation devant le Conseil et la Commission Européenne, la Représentation Permanente Grecque , la Fédération Européenne des Banquiers et le lobby des produits dérivés

En imposant des mesures d’austérité injustes à plusieurs pays européens, l’UE et le FMI prennent clairement le parti des banquiers qui, même après leurs plantureux bonus de plusieurs milliards d’euros, exigent encore et toujours leur livre de chair. Rappelons aujourd’hui à l’UE et au FMI que l’Europe c’est d’abord des travailleurs et non des banquiers, des spéculateurs ou des escrocs.

Plusieurs actions sont organisées aujourd’hui à Bruxelles et partout en Europe en solidarité avec les travailleurs grecs qui, au travers d’une grève générale, s’élèvent contre des mesures draconiennes sans précédent visant à faire payer à la majorité la crise initiée par une minorité.

La crise a été provoquée par les banques et les fonds spéculatifs, pas par les retraités grecs. Elle a été provoquée par les multinationales, pas par les infirmières portugaises. Elle a été provoquée par les marchés, pas par les étudiants espagnols. L’élite, par des choix conscients, a privilégié une rentabilité à court terme aux dépens de la stabilité du système. 20 Milliards d’euros sont toujours dus à l’état grec par à peine 8,000 personnes et sociétés, reconnues coupables de fraude fiscale.

Les états européens ont rencontré des problèmes de déficit budgétaire parce qu’ils ont renfloué des banques privées, et non parce qu’ils auraient surpayé des travailleurs grecs ou leur auraient accordé trop d’avantages sociaux. Alors qu’elle rentrait dans la crise, la Grèce avait possédait un des systèmes de protection sociale les plus faibles d’Europe. Du prix du pain au loyer, le coût de la vie explose alors que les salaires chutent et les emplois disparaissent. En dépit du cliché largement répandu, le nombre d’heures de travail moyen par salarié en Grèce est parmi les plus élevés d’Europe (données OCDE), alors que les heures supplémentaires restent souvent impayées.

Comme les centaines de milliers de grévistes aujourd’hui en Grèce, nous affirmons que les mesures d’austérité brutales UE/FMI ne sont PAS la solution mais ne feront qu’aggraver la crise ! Réduire les dépenses publiques, remettre en cause les acquis sociaux et appauvrir la majorité, ne peut qu’amplifier le phénomène de récession.

Sacrifier la cohésion sociale à l’appétit des marchés est un crime contre la démocratie . Les peuples grec, portugais ou espagnol n’ont pas fait de tels choix. Il se peut que les marchés le souhaitent ; il se peut même qu’ils l’exigent, mais rappelons nous qu’il n’existe aucun mandat démocratique pour cela.

Déjà, les vautours des marchés tournent au dessus de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie et de l’Irlande. Là comme ailleurs, l’Etat-providence est la cible de soi-disant « réformes nécessaires ». Ces attaques doivent stopper en Grèce avant de s’étendre à toute l’Europe. De Bruxelles à Athènes, nous marchons, protestons et défilons pacifiquement contre les plans UE/FMI. Mais, même si nous marchons en paix, que les marchés et les politiciens ne se méprennent pas : nous sommes en colère, plus en colère encore que ce que nous n’avons jamais été.

– Ne touchez pas aux droits sociaux et au droit du travail !
– Faites payer la crise aux banques !
– Le programme FMI – UE n’est pas la seule option ! C’est un désastre social !
– Endiguez la contagion de « solutions » similaires à d’autres pays !

Declarations d’appui:
Gauche Unitaire Européenne / Nordic Green Left
Oikologoi Prasinoi (Parti Vert Grec)- Michalis Tremopoulos, MEP

Couverture de la manifestation dans la presse:
Belgique
Le Soir
De Wereld Morgen
Brusselnieuws

France
Le Monde

Cuba
Prensa Latina

Grèce
TVXS
Ελευθεροτυπία
Ναυτεμπορική
Καθημερινή
Express
Αδέσμευτος

http://solidarity-greece.blogspot.com/

La faillite capitaliste sera payée en monnaie de révolte!

mai 12, 2010

La coalition de l’UE et du FMI, sous le prétexte de la crise économique qui touche la Grèce en ce moment, essaye d’imposer des mesures qui constituent des attaques féroces contre le peuple grec.

Les mesures impopulaires lancées par le gouvernement grec et dictées par le FMI: suppression du 13ème et 14ème salaire (qui fait office de congés payés en Grèce) dans la fonction publique, suppression des 13èmes et 14èmes retraites et augmentation de l’âge de départ à la retraite, flexibilisation à outrance des conditions salariales et baisse du financement des services publics (école, université, hôpitaux etc). A cela s’ajoute, la montée du chômage et une précarisation de tous les travailleurs.

Au-delà de la violence policière et étatique, on assiste à une propagande des médias grecs et internationaux ayant pour but de réprimer les mouvements sociaux des travailleurs qui demandent de la justice sociale. Les médias présentent les manifestations en Grèce comme des manifestations animées par des minorités, alors qu’il s’agit des plus grandes manifestations depuis la chute des colonels en ’74 (la semaine dernière, plus de 200 000 personnes ont manifesté au centre d’ Athènes contre les nouvelles mesures). De plus, la mort de trois travailleurs de la banque Marfin est utilisée pour discréditer le mouvement social. Ces travailleurs ont été forcés par le patronat à ne pas faire la grève et rester dans la banque, c’est un événement tragique, hostile envers le mouvement de masse qui se développe actuellement. Nous luttons pour, et non pas contre, la vie. Cet événement ne peut pourtant pas discréditer ce mouvement dynamique qui remet en question l’ensemble des politiques suivies par tous les partis politiques ces dernières années.

La question ne concerne pas uniquement la Grèce, le problème de la dette grecque s’insère dans le contexte de la crise économique et sociale mondiale du capitalisme. Alors que d’autres Etats européens, hors zone euro, font déjà les frais de la politique de casse sociale du FMI (Lettonie, Lituanie, Roumanie), d’autres pays peuvent suivre: dans un premier temps le Portugal, l’Espagne et l’Italie puis l’Irlande, l’Angleterre et la France. Les gouvernements européens essayent de puiser dans cette crise des arguments pour imposer leurs politiques de casse sociale, de diminution des salaires et de démantèlement des protections sociales, au profit des grandes entreprises et des organismes financiers.

Face à ces attaques, il y a un vrai besoin de construire un mouvement de masse qui affirmera qu’il n’est pas aux travailleurs, aux retraités et aux jeunes de payer leur crise. La lutte en cours sera attaquée de plus en plus durement par les Etats européens et les institutions dominantes et c’est pour cela que le mouvement devra pouvoir prendre la relève et se battre contre le fil rouge des attaques.

=================

Initiative des étudiants et travailleurs grecs à Paris

Texte pour l’incident tragique à la banque Marfin signé par des éditions autogérées et des collectivités (8/5/2010)

mai 9, 2010

L’ANARCHIE EST UNE LUTTE POUR LA VIE ET NON PAS POUR LA MORT

En Décembre 2008, durant les événements qui ont suivi l’assassinat d’Alexandros Grigoropoulos, le mouvement anarchiste-antiautoritaire avait répondu aux appels fascistes des medias pour le « retour à la normalité, l’ordre et la sécurité » avec le cri poignant suivant : « Vous parlez des vitrines, nous parlons des vies ».

Quelle sorte d’hypocrisie dangereuse fait que certains parlent aujourd’hui des mesures défectueuses, de la sécurité inadéquate du bâtiment de la banque face aux incendies, et non pas de ces vies qui ont été perdues ? Quelle sorte de renversement orwellien fait que certains parlent de cet incident tragique comme d’un simple court-circuit ?

Nous ne nous rendons pas compte que cette hypocrisie soit à la base équivalente à celle des assassins d’OTAN qui parlaient des « dommages collatéraux » ?

Nous ne nous rendons pas compte que le cynisme et la cruauté évidents et bien connus d’un grand capitaliste, qui a ‘emprisonné’ ses employés dans la banque, ne puissent pas expier la mort des trois êtres humains ?

Nous ne nous rendons pas compte que si on adopte les conduites de la bête contre laquelle on se bat on devient un avec lui ?

Si les anarchistes luttent pour quelque chose, s’il ya quelque chose que les hommes doivent défendre à travers la lutte, cela c’est la Vie, la Liberté et la Dignité. Si nous luttons pour quelque chose, nous luttons pour un monde où la mort n’aura plus de pouvoir…

Pendant une manifestation au centre de Salonique le 6/5 plusieurs gens, anarchistes et antiautoritaires, ont crié à plusieurs reprises : « il s’agissait d’un assassinat, nous n’avons pas des illusions, Vgenopoulos et l’état sont des assassins ». Peut-être une telle réflexion est pour quelques uns adoucissante. Pourtant, est-ce qu’ils comprennent sur le fond le contenu et les prolongements de cette réflexion ?

Nous ne savons pas ce qu’il s’est passé au bâtiment de Marfin le midi de 5/5/2010 et peut-être nous ne le saurons jamais. Nous savons, par contre, qu’au moment où nous avons tous entendu la nouvelle, personne d’entre nous n’a exclu comme une éventualité impossible l’annonce des procureurs de medias ! Et cela est également tragique.

Parce que si avec notre conduite nous ne pouvons rendre totalement inconcevable (et tout d’abord à nous–mêmes) le fait qu’un tel acte puisse provenir des individus qui viennent du même milieu que nous, alors, dans ce cas là, nous avons déjà ouvert la voie pour que de telles tragédies puissent se produire (par irresponsabilité meurtrière, malveillance vicieuse ou même préméditation frauduleuse).

Durant une révolte généralisée il y a toujours des morts ; il s’est passé ainsi à Los Angeles, il s’est passé ainsi en Argentine. Pourtant, personne n’a jamais envisagé d’attribuer ces morts à un courant politique organisé de désobéissance.

Le fait que les trois personnes assassinées de Marfin Banque se mettent sur le dos de l’Anarchie montre qu’il y a ici des grandes responsabilités. Et qui peut ignorer la tolérance envers des logiques qui méprisent la vie humaine ? Même si on répète qu’il y a des années que les anarchistes adroits incendient des banques et que personne n’a jamais été mis en danger… Même si on accuse Vgenopoulos qu’il a emprisonné les employés dans la banque, qu’il a négligé les mesures de sécurité de la banque contre le feu etc. … la responsabilité ne nous abandonne pas.

S’il y a même un nombre restreint de gens qui s’autodéfinissent comme des anarchistes et qui, par contre, sont irresponsables à un tel niveau pour incendier des bâtiments avec du monde dedans, c’est là la racine de la responsabilité.

Pire encore, si de cette manière-là on a ouvert le chemin pour la conspiration la plus grande dans l’histoire de la Grèce contemporaine après la chute de la Junte militaire, les conséquences – à long terme – sont évidemment plus graves encore que la tragédie des trois personnes assassinées.

Et la réponse ne peut pas être la protestation que « l’ennemi n’a pas des scrupules ». Nous savons ce qui s’est passé à Piazza Fontana, nous savons ce qui s’est passé à Scala de Barcelona.

La réponse ne peut être autre que celle de l’opposition massive qui s’enracine dans tous les lieux sociaux dans toute la Grèce, avec persévérance, avec du travail laborieux, avec fraternité, mutualité, solidarité. La réponse ne peut être autre que celle de la lutte pour la vie et non pas pour la mort.

Editions-Revue Panoptikon, Editions des Etrangers, Editions Stasei Ekpiptontes, Editions Exarcheia, Mavro Piperi tou Euvoikou, Revue Nychtegersia

Lire le texte en grec

Read the text in English

Les assassins ‘pleurent’ leurs victimes

mai 7, 2010

Pancarte: "Le fascisme meurt aujourd'hui"

————

Les assassins ‘pleurent’ leurs victimes

————

————-

La grève et la manifestation impressionnantes d’aujourd’hui, Mercredi 5 Mai, ont été transformées en un véritable torrent social de colère. Au moins 200.000 gens de tout âge, des employés, des travailleurs, des chômeurs, des indigènes, des immigrés sont descendus massivement à la rue et ils essayaient pendant des heures d’assaillir et d’envahir l’Assemblée Nationale. Les forces de la répression de leur part ont joué, comme d’habitude, leur rôle à la perfection, à savoir celui de la protection du pouvoir politique et économique. Les affrontements, d’une ampleur sans précédent, ont duré plusieurs heures. Le système politique et ses institutions se trouvent au nadir.

Pourtant, un incident tragique a eu lieu que les mots ne pourraient jamais décrire : 3 gens décédés à cause de fumée suite à l’incendie qui a brulé le bâtiment de la Banque Marfin.

L’état et l’ensemble de la foule misérable des journalistes, sans la moindre honte face aux morts et leurs familles, parlent du premier moment pour des « assassins avec les cagoules » tout en essayant d’exploiter l’incident pour apaiser le torrent de la rage sociale et d’imposer de nouveau leur armée policière, une armée d’occupation presque, au peuple : sans perdre du temps, ils commencent un pogrom hallucinant contre tous les foyers de la résistance sociale et de la désobéissance contre le terrorisme étatique et la barbarie capitaliste. Toutes ces dernières heures les forces policières balayent le centre d’Athènes à pieds, en motos, en voitures et ils capturent sans discrimination des gens en tirant le feu, utilisant des grenades d’éclair et bombes de gaz lacrymogène, s’immisçant à l’occupation de la rue Zaimi, le lieu de rassemblement des immigrés à la rue Tsamadou et même dans des appartements. En même temps, après l’allocution télévisée du Premier Ministre, qui a annoncé « l’arrestation des assassins », tous les centres autogérés (occupations, lieu de rassemblements etc.) risquent d’avoir le même destin.

De cette manière-là les dirigeants, les fonctionnaires de l’Etat, le personnel politique, les journalistes ‘porte-paroles’ du gouvernement essaient d’abdiquer leurs responsabilités et d’incriminer le mouvement anarchiste et toute autre voix de résistance indépendante. Comme s’il y avait la moindre possibilité que quelqu’un oserait attaquer une banque et l’incendier tout en sachant qu’il y avait du monde dedans (cela pour ceux qui croient la propagande officielle).

La vérité est que l’assassin véritable, l’instigateur vrai de ce triple assassinat d’aujourd’hui n’est autre que ‘monsieur’ Vgenopoulos lui-même (le propriétaire de la banque), qui, avec des chantages bien connus (menace de licenciement immédiat), a forcé les employés, même pendant une journée de grève générale, à travailler dans une succursale, comme celle de la rue Stadiou, au cœur de la ville, et en dehors de laquelle passerait la manifestation. Des chantages bien connus à tous ceux qui vivent dans leur quotidien le terrorisme de l’esclavage salarié. Attendons-nous de voir quelle sorte d’excuses emploiera face aux familles des victimes ce ‘supercapitaliste’ que certains centres systémiques le présentent déjà comme le prochain Premier Ministre dans un gouvernement « d’unité nationale » après le prévisible effondrement total du système politique actuel.

————

Si une grève sans précédent peut être considérée comme assassin…

——————–

Si une manifestation sans précédent, durant une crise sans précédent, peut être considérée comme assassin…

—————

Si des lieus ouverts, sociaux, vivants et publics peuvent être considérés comme des assassins…

————

Si l’état peut interdire la circulation et attaquer les manifestants sous le prétexte d’arrêter des assassins…

————–

Si un certain Vgenopoulos peut emprisonner ses employés dans une banque…

—————–

… c’est parce que le pouvoir veut opprimer à sa naissance une révolte qui met en doute la ‘solution’ de l’attaque la plus brutale des derniers temps dans l’ensemble de toute une société…

————

… c’est parce que l’avenir de la révolte ne peut pas inclure les politiciens, les patrons, les medias, la police…

————–

… c’est parce que derrière leur ‘solution’ unique, il y a une autre solution qui ne parle pas la langue des chiffres, ne parle pas de croissance, de progrès, de chômage, mais elle parle de solidarité, d’autogestion, de relations humaines.

————-

S’ils veulent, donc, trouver vraiment les assassins, ils doivent chercher parmi eux, tous ces laquais du pouvoir et du capital, tous ces assassins de la vie, de la dignité et de la liberté. Ils ont toujours été des assassins et ils le seront.

——————

NE TOUCHEZ PAS LES LIEUS SOCIAUX LIBRES

ASSASSINS, TERRORISTES, CRIMINELS ET BANDITS

SONT L’ETAT ET LES CAPITALISTES

TOUS ET TOUTES AUX RUES

REVOLTE MAINTENANT

———————

Assemblé ouverte de 5/5/2010

Occupation de 61 rue Patission & rue Skaramagka

————————————

Lire le texte en grec

Lettre d’un employé à Marfin Bank

mai 6, 2010

Est-ce que Monsieur VGENOPOULOS fera son autocritique ?
Lui attribuera-t-on des responsabilités pénales ?

De « Employé à Marfin Bank », Mercredi 5 mai 2010 à 19h02 (Mise à jour à 1h17, jeudi 6 mai 2010)

Envers mes collègues qui ont péri si injustement, j’ai le devoir d’énoncer ces vérités objectives.
J’adresse ce message à tous les médias, et tous les sites d’information. Que tous ceux qui ont encore une conscience, le diffusent. Quant aux autres, qu’ils continuent, s’ils le veulent, à jouer le jeu du gouvernement.
Le service des pompiers n’a pas délivré d’autorisation écrite et officielle pour le bâtiment en question. L’autorisation était négociée sous la table -comme d’ailleurs cela se pratique régulièrement pour la plupart des entreprises et sociétés en Grèce.
Le bâtiment en question, n’est pas sécurisé contre l’incendie et ne dispose pas de système coupe-feu, ni de plan d’évacuation. Aucune installation particulière, non plus, à savoir des extincteurs permanents, des issues de secours. Seulement quelques extincteurs portatifs qui, naturellement, sont très insuffisants pour faire face à un incendie étendu qui plus est dans un immeuble aussi ancien, construit aux normes de sécurité aujourd’hui dépassées. Aucune succursale de la banque ne dispose d’agent formé à la sécurité incendie, ni autre personnel formé à l’usage de ces quelques rares extincteurs portatifs. La direction évoque toujours le coût de la dépense, ne prenant ainsi aucune mesure, même élémentaire, pour la protection de son Personnel.
Il n’y a jamais eu d’exercice d’évacuation pour les salariés de la banque ni de formation donnée par les pompiers, pour avoir les instructions nécessaires dans des situations d’urgence. Les seuls exercices qui ont eu lieu à Marfin Bank concernent des scénarii d’actions terroristes, ainsi que l’évacuation des « haut placés » de leur bureau.
Le bâtiment en question n’est pas conforme pour abriter une banque, à cause de sa fabrication même : il n’existe aucun dispositif spécifique à la prévention d’un incendie et, ce, malgré ses matériaux de construction, très sensibles dans pareilles conditions. Mais aussi la présence, dans le bâtiment tout entier, des matériaux extrêmement inflammables comme le papier, le plastique, les câbles, les meubles.
Aucune équipe des agents de sécurité n’a connaissance des premiers secours, ni d’extinction de feu, malgré que, dans les faits, on lui confie à chaque fois oralement l’ordre de protéger l’agence. Les employés de la banque sont invités à jouer le rôle de pompiers ou d’agents de sécurité selon les volontés de chaque Monsieur VGENOPOULOS.
Très tôt dans la matinée, les employés ont instamment demandé à quitter l’agence, mais les Cadres hiérarchiques ont catégoriquement rejeté leur demande. Ils ont contraint les employés à verrouiller les portes et ils s’assuraient sans cesse, par téléphone, du verrouillage de l’immeuble. « Quiconque quitte les lieux, ne viendra pas non plus travailler demain », était constamment la menace. On leur a même coupé l’accès à Internet pour qu’ils ne puissent pas communiquer avec l’extérieur.
En ce qui concerne les mobilisations, il règne depuis quelque temps maintenant à la banque, un climat terroriste, maintenu par cette proposition on ne peut plus explicite : « soit tu travailles, soit tu es licencié »
Les deux policiers, employés précisément à cette agence contre les vols de banque, n’étaient pas présents à leur poste aujourd’hui, malgré la promesse -toujours orale-, des cadres au Personnel qu’ils seraient là.
Enfin Messieurs, faites votre autocritique, et cessez de prétendre être sous le choc. Vous êtes responsables de ce qui s’est passé aujourd’hui, chose que dans un état de droit -comme ceux que vous prenez d’exemple de temps à autre à la télé-, vous seriez déjà écroués pour les actes cités ci-dessus.

C’est dans un piège que mes collègues ont péri aujourd’hui.

Un piège tendu par la banque et Monsieur VGENOPOULOS, en personne, qui a donné cet ordre explicite : celui qui ne vient pas travailler aujourd’hui, ne viendra pas, non plus, demain.

Lire le texte en grec